fbpx
Office Manager Gang
introduction-team-building
Team Building

Introduction au Team Building

"Si vous pensez que vos profs étaient durs avec vous, attendez d'avoir un patron."

Bill GATES



Le poste d’office manager est au cœur de l’entreprise et des équipes. Quoi de plus naturel alors que le dossier cohésion d’équipe atterrisse sur notre bureau? La tâche peut s’avérer compliquée surtout quand on n’a pas l’habitude de gérer des équipes ou aucune expérience en management.

Nous partons en général avec une idée confuse du team building, ce qui ajoute de la complexité à la tâche.

Je vous propose de poser ici les bases du team building afin de mieux en cerner les objectifs. Commençons par faire la différence entre un événement de team building et un team evening (ça rimait mieux que apéro, c’est pour ça.)

Quand le team building tourne au drame

J’ai dans ma carrière eu l’occasion de participer à un événement de team building qui m’a laissée perplexe. J’étais alors business manager, mais nous avions dans nos rangs une personne responsable de la mise en place de notre séminaire annuel de team building.

Recrutée en interne spécialement pour l’occasion, nous avions de grandes attentes, je dois bien l’avouer.

Le grand jour arriva et tout le monde grimpait dans le bus au petit matin. Direction un hôtel perdu dans la campagne profonde. A peine le bus avait-il démarré que l’organisateur commença à pousser des cris à grands renforts de ola. Les visages encore endormis en disait long sur le timing de cette intervention.

Un exercice trop matinal

Puis ce fût la distribution de shoots de rhum pour tout le monde. Oui je sais, c’est un peu brute comme transition, et pourtant je jure que c’est vrai. Pour créer de la cohésion, il a dit. C’était le premier exercice du jour.

7h30 du matin, un verre de rhum brun tiède à la main, dans un bus qui aurait bien profité d’une révision de ses suspensions. Je vous laisse imaginer le tableau.

Plusieurs d’entre nous avons poliment refusé le breuvage. Evidemment à ce moment-là, deux équipes se forment d’emblée. Les gens qui “savent s’amuser” et les rabats-joie. Je ne suis pas la dernière pour la déconne, mais là pardon, je n’étais pas prête.

Une arrivée en fanfare

Nous finissons par atteindre notre lieu de résidence pour le weekend.

A peine le pied posé sur l’allée en graviers, c’est au pas de course que nous avons été sommés d’aller déposer notre paquetage dans le hall. Vous avez 5 minutes pour jeter vos affaires et on se retrouve dans le jardin!

Super. Moi dans l’état je voudrais juste une bouteille d’eau et me rafraîchir un peu après 3h de bus dans les effluves de rhum. Mais à priori ce n’est pas du tout au programme. Comme je ne veux pas créer de mutinerie, je m’exécute. J’en profite pour motiver quelques collègues au passage pour qui la goutte d’eau avait déjà fait déborder le vase.

J’avais à la fois de la haine (profonde) pour l’organisateur, mais aussi un peu de peine il faut l’avouer. Je savais qu’il préparait cet événement depuis des semaines, et je me mettais à sa place. Enfin j’essayais, parce que ses choix jusqu’ici me laissaient vraiment un arrière goût amer (et pourtant, je n’avais pas goûté le rhum).

Début des épreuves

Première épreuve, le tir à la corde. Classique. Deux équipes, on tire. Tout le monde connaît le jeu. En revanche, en plein cagnard et sans eau, cela devient vite une torture. Sans parler de ceux qui était déjà aromatisés au rhum depuis le matin.

Quelques abandons plus tard, seconde épreuve: la balle aux prisonniers. Bon. Il est déjà presque midi j’imagine qu’on va pouvoir aller gentiment mourir de déshydratation à l’ombre.

Ah bah non.

Troisième épreuve. On ne le savait pas encore, mais cette étape allait définitivement sonner la fin des réjouissances.

Le team building par l’angoisse et la peur

Le but était de nous attacher tous ensemble par les chevilles avec des bouts de cordes, puis de nous déplacer en équipe pour faire un circuit. On parle d’environ 50 personnes attachées les unes aux autres.

Non, nous n’avons pas fait de groupes plus petits. Dès le départ, ça sentait le sapin. Mais le plus beau arrivait.

Les bouts de cordes avaient été oubliées au bureau. Vite, vite, vite! Trouvons une autre solution. De la ficelle de cuisine! Bon sang, mais c’est bien sûr! Merveilleuse idée.

Et nous voici donc, le regard vide et apeuré. Agrippés à nos voisins, priant pour que personne ne bouge. Les chevilles liées les unes aux autres. Le compte à rebours sonnait comme une fatalité.

Pour le coup à ce moment précis, on a vraiment assisté à du team building. Mais, notez bien: réussir à unir les troupes dans la peur d’y passer n’est pas une solution viable sur le long terme. Ça crée les liens (sans mauvais jeu de mot), mais non. Fausse bonne idée.

Et il compta

3. Oh mon dieu.

2. On part à gauche ou à droite, il n’a pas dit si?

1. Ça va mal finiiiiiir.

GO!

Ce fût la plus grande partie de jambes en l’air de ma vie. Nous sommes évidemment tous tombés les uns sur les autres. Ce qui devait arriver, arriva: une de mes collègues se foulait la cheville. Une autre récupérait sa jambe ensanglantée par la brûlure de la corde. Une troisième tombait lourdement sur son épaule qui n’encaissa pas le choc.

Fin du game.

Les leçons tirées de ce team building

Quand je le raconte aujourd’hui, je suis morte de rire. J’éprouve aussi une profonde gratitude pour être revenue indemne de ce weekend. Parce que ça, ce n’est que le premier jour. Je vous garde la suite pour plus tard et ça vaut son pesant de cacahuètes 😉

D’abord, safety first. On est tous d’accord là-dessus, il y a eu des gros loupés dans la sécurité, c’est évident.

Mais au-delà de ça, il y a quand même une chose à en tirer.

Donner un sens au team building

La plus grosse erreur a été de nous jeter des épreuves d’équipe en l’air sans nous expliquer vraiment pourquoi on devait les faire. Et ce pour une excellente raison: il n’y avait aucun but précis.

Une des grosses différences entre un team building et un team evening, c’est l’objectif.

Dans un team building, les exercices doivent faire sens avec une volonté d’apporter un début de réponse à une problématique. C’est pourquoi il est important de bien choisir les activités en amont. Certaines vont être axées sur la communication, d’autres sur l’entraide ou encore l’ouverture de soi aux autres.

Quoi qu’il en soit, c’est important de savoir où on va avant de commencer. Il est également crucial d’expliquer aux participants pourquoi on propose cet exercice.

Dans un team evening, l’objectif est surtout de rassembler les gens pour passer un bon moment. Les groupes de discussion sont souvent les mêmes, les personnes se retrouvent par affinités. L’important, c’est que chacun passe un moment agréable. On est là pour se détendre.

Et si je met un babyfoot pour faire du team building?

Vous l’aurez compris, aucun babyfoot ne résoudra jamais vos problèmes internes. Ni aucune machine pour faire du pop-corn. Ni aucune salle de repos avec fruits, en-cas sains et café gratuits.

Le team building doit être porté par une personne ayant la volonté d’aider son équipe à progresser ensemble vers un objectif commun. Il s’agit d’une démarche en générale confiée aux managers qui, faute de temps, délèguent la tâche au babyfoot.

Si on vous a confié le team building à votre poste d’office manager, commencez par demander ce que l’on attend de vous exactement. S’agit-il de résoudre des vrais problèmes de fond? Ou d’organiser des moments conviviaux sans but professionnel précis?

C’est quoi une bonne idée de team building?

Une super idée de team building peut se révéler désastreuse si elle n’est pas réfléchie en amont spécialement pour votre équipe. Idem si les objectifs ne sont pas clairement définis.

Pourquoi engager de l’énergie, de l’argent et du temps dans une activité de team building si vous ne pouvez pas identifier les raisons professionnelles ou mesurer les bénéfices que vous souhaitez constater sur votre équipe?

Si vous voulez simplement passer un bon moment avec tout le monde, alors organisez un team evening. Dans ce cas, abandonnez toute vos attentes et laissez simplement les gens s’amuser comme ils l’entendent. Laissez les introvertis manger quelques chips et s’éclipser. Laissez les extravertis s’accaparer le micro du karaoké toute la soirée. Profitez d’une bonne partie de rigolade autour du babyfoot à la pause déjeuner.

No expectation.

Quoi attendre d’un team building efficace?

Est-il question pour Pierre et Martin qui sont en conflit depuis 6 mois de ressortir de la salle main dans la main? De régler les problèmes profonds de communication ou de process en une seule séance?

Non. Restons lucides. En revanche, les sessions de team building sont là pour que chacun puisse exprimer ses difficultés et commencer à poser des jalons pour trouver des solutions.

En France nous n’avons pas la culture du câlin à son voisin et des sauts en l’air sur des rythmes endiablés pour faire monter l’énergie. Vous avez sans doute vu ça dans des reportages aux USA. Gardez en tête que vos collaborateurs aussi, et c’est bien ça qui leur fait peur!

Rassurez-les et optez pour des activités:

  • Avec des objectifs atteignables par votre équipe;
  • Qui font sens avec la position dans laquelle le groupe se trouve en ce moment en tant qu’équipe. On ne demande pas la même chose à une équipe qui se connait depuis 2 ans ou à une équipe qui vient juste de se former.
  • Dont les enseignements résonneront sur le long terme.

Fiche pratique Team Building VS Team Evening

Vous trouverez ci-dessous une fiche pratique que je vous invite à télécharger et à garder sous le coude. Vous pouvez la ressortir au moment de préparer votre événement pour bien le situer.

team-building-apero

Et si je ne sais pas quelle activité organiser pour mon team building?

Pas de panique! Dans les prochains articles je ne manquerai pas de partager avec vous des idées d’activités en fonction de vos objectifs. Je vous invite dès à présent à vous inscrire sur le blog en remplissant le formulaire ci-dessous pour être informé dès leur sortie!


  •  
    4
    Partages
  • 4
  •  
  •