A propos

Hello Office Manager! J’espère que tu vas bien! 🙂

Tout d’abord, merci pour ta visite et ta curiositĂ©! Si tu es arrivĂ© sur cette page, c’est que tu souhaites en savoir un peu plus sur ce blog, qui se cache derrière et ce que tu peux y trouver.

Alors sans plus de suspens, passons aux présentations!

Je m’appelle Elodie.

Toute ma vie j’ai cherchĂ© mon job idĂ©al et cultivĂ© de nombreuses frustrations. Une sensation dĂ©sagrĂ©able finissait toujours par m’envahir au bout de quelques mois dans mes fonctions: celle d’avoir fait le tour de la question et de ne plus rien avoir Ă  apprendre.

En gĂ©nĂ©ral, la première annĂ©e se passait bien. J’occupais des postes de business manager, d’assistante de direction ou encore de responsable accueil et services gĂ©nĂ©raux…Enfin au dĂ©part.

Rapidement, je me voyais confier des tâches supplĂ©mentaires, souvent complĂ©mentaires Ă  mon poste. Cela me plaisait beaucoup et j’Ă©tais aussi Ă  l’origine de ces Ă©volutions de poste. Mais pour ĂŞtre honnĂŞte, une seconde frustration apparaissait alors: je commençais Ă  souffrir du manque de reconnaissance.

La malédiction du diplôme manquant

Car vois-tu, j’ai commencĂ© Ă  travailler très tĂ´t et mon diplĂ´me de base Ă©tait…Un CAP esthĂ©tique cosmĂ©tique! Certes complĂ©tĂ© par une annĂ©e supplĂ©mentaire en management, mais pas suffisant pour pouvoir prĂ©tendre Ă  un salaire confortable. Sans compter que j’Ă©tais depuis dĂ©jĂ  longtemps sortie du secteur de la beautĂ©.

Après 15 ans d’expĂ©riences professionnelles en France et Ă  l’Ă©tranger, de manager Ă  responsable de tout un tas de trucs, en expatriation, un niveau d’anglais bilingue, je me suis rĂ©veillĂ©e un matin ne sachant plus quoi faire pour passer Ă  l’Ă©tape supĂ©rieure.

Pour amorcer ce tournant, je suis repartie Ă  l’Ă©cole en cours du soir pour passer mon BAC, puis validĂ© un BTS d’assistante de gestion PME PMI par une VAE.

MalgrĂ© ces changements, impossible de nĂ©gocier une nouvelle situation dans l’entreprise qui m’embauchait alors. Qu’Ă  cela ne tienne, il Ă©tait temps de trouver un mĂ©tier aussi atypique que moi et Ă  la hauteur de mes ambitions.

Mais existait-il? Je ne pensais pas. D’ailleurs, personne ne le pensait. Toutes les connaissances et les amis Ă  qui je demandais conseil me donnaient la mĂŞme rĂ©ponse.

“Tu ne trouveras jamais un poste qui regroupe management, administratif [oui, parce que je suis aussi une junkie des carnets et des crayons, c’Ă©tait important pour moi], crĂ©ativitĂ©, absence de routine, environnement international et bon salaire.”

Dit comme ça, je leur donnais bien raison! Quelle boĂ®te pourrait bien avoir besoin d’une espèce de couteau suisse chelou branchĂ© sur le 220V et accro aux to do lists et autres bujos? Naaaaa. Ce boulot n’existe pas.

Alors j’ai dĂ©cidĂ© de le crĂ©er.

Un saut dans le vide

J’ai d’abord quittĂ© mon job d’assistante de SecrĂ©taire GĂ©nĂ©ral en CDI pour prendre le temps de me poser et rĂ©flĂ©chir. Pendant deux ans, j’ai explorĂ© des sujets qui me tenaient Ă  cĹ“ur: l’organisation, l’efficacitĂ©, la productivitĂ©, le blogging, le dĂ©veloppement personnel, la sophrologie, la PNL, la naturopathie et le digital dans les grandes largeurs.

Mon objectif était de me mettre à mon compte en inventant un métier sur-mesure.

Puis la solitude a commencĂ© Ă  se faire sentir. J’avais certes tout le temps que je voulais Ă  ma disposition pour apprendre de nouvelles choses et lancer mon activitĂ©, mais aussi le besoin viscĂ©ral de rencontrer des gens, de rejoindre une Ă©quipe et de contribuer Ă  un projet qui me tiendrait Ă  cĹ“ur.

J’ai refait mon CV et je suis partie Ă  l’assaut des annonces emploi, majoritairement pour des postes d’assistante de direction. Les descriptifs de postes correspondaient Ă  ce que je sais faire, pas de surprise, rien de nouveau. A chaque fois que je cliquais sur le bouton envoyer pour candidater, c’est tout mon corps qui hurlait: “nooooooon!”.

Mon estomac se nouait. Je ne dormais plus. Je l’avoue: j’espĂ©rais secrètement que personne ne me rĂ©ponde.

J’avais tellement peur de reprendre un travail dans lequel j’allai de nouveau me perdre et m’ennuyer Ă  mourir au bout de seulement quelques mois! J’avais 36 ans, il Ă©tait temps d’enfin trouver ma voie et d’arrĂŞter de sauter sans conviction d’un boulot Ă  l’autre. Il fallait que je trouve autre chose.

“Recherche couteau suisse avec de l’humour.”

Après un mois de recherches, j’avais vraiment la rage. Mais comme les voies de l’Internet sont impĂ©nĂ©trables, j’ai Ă©tĂ© sauvĂ©e par l’algorithme.

Des annonces un peu différentes ont commencé à popper dans mes fils de recherches, associées aux doux noms de postes alors inconnus au bataillon. Office Manager. CHO. Happiness Manager.

RH, comptabilitĂ©, administratif, Ă©vĂ©nementiel, gestion des fournisseurs, des clients, de la facturation, des commandes de cafĂ©, des anniversaires et des repas de NoĂ«l, des voyages et des notes de frais…Le tout sur une jambe en tournant trois fois sur soi-mĂŞme, une raquette de ping-pong coincĂ©e entre les dents.

Whaaaat? Mais qu’est ce que c’est que ce dĂ©lire! J’ADORE!

C’est comme ça qu’un nouveau monde s’est ouvert Ă  moi. J’ai travaillĂ© d’arrache pied sur mes candidatures, ne sachant pas au dĂ©part comment me positionner lors des entretiens. Trop cool. Trop strict. J’ai commencĂ© par me casser les dents dans cet univers tout nouveau pour moi.

Maintes fois, j’ai Ă©tĂ© rejetĂ©e des processus de recrutement dès le dĂ©part, faute d’expĂ©rience rĂ©elle d’office manager. Mais je n’ai rien lâchĂ©. Et puis un jour, après seulement deux mois de recherches et environ 62 candidatures, (oui seulement, car finalement, ce n’est pas grand chose pour obtenir ce que je voulais), ça a marchĂ©.

“Elodie, bonne nouvelle! Nous avons dĂ©cidĂ© de continuer avec toi. Tu n’as pas autant d’expĂ©rience que les autres candidats, mais nous avons aimĂ© ton envie d’apprendre, ta personnalitĂ©…Et ton anglais.”

L’envie d’apprendre

Je n’ai pas trichĂ© et mon entretien d’embauche Ă©tait un peu un sketch! Si je devais rĂ©sumer, cela ressemblerait Ă  ça:

“Tu as de bonnes compĂ©tences en comptabilitĂ©?

-Non, juste les bases.

-Tu connais bien les démarches RH, la fiscalité, les dossiers complexes de référencement fournisseurs?

-Pas du tout! Mais j’ai vraiment envie d’apprendre tout ça. Mon expĂ©rience est essentiellement basĂ©e sur le management, c’est parfaitement complĂ©mentaire et ça m’intĂ©resse beaucoup.

-OK, on t’engage.”

Et nous y voilĂ ! Je suis donc une office manager dĂ©butante, Ange gardien du bureau, amoureuse du Chaos. J’adore ce job. A la fin de la première semaine, j’ai pleurĂ© de joie (pour de vrai). Depuis, il ne se passe pas une semaine sans que je prenne quelques minutes pour apprĂ©cier ma chance.

Pourquoi le blog Office Manager Gang?

J’ai dĂ©cidĂ© de partager ma nouvelle vie d’office manager sur ce blog parce que je trouve cela fantastique de vivre Ă  une Ă©poque oĂą les profils atypiques commencent Ă  aussi trouver leur place et Ă  ĂŞtre reconnus en entreprise.

Je voudrais redonner espoir Ă  toutes les personnes lĂ  dehors Ă  qui on dit qu’ils ne rentrent pas dans une case, pour leur montrer cette nouvelle boĂ®te qui vient de s’ouvrir (spoiler alerte: c’est la seule boĂ®te extensible).

Les objectifs du blog sont:

  • Apprendre de nouvelles choses pour prendre ses fonctions d’office manager dĂ©butant plus sereinement;
  • Aider les autres, puis aider les gens des Ă©quipes qui nous accueillent car c’est le cĹ“ur de notre mĂ©tier;
  • S’Ă©panouir et se sentir Ă  sa place.

Je découvre des tonnes de choses qui peuvent être utiles aux offices managers débutants comme moi, alors autant les partager et se serrer les coudes!

Bienvenue dans l’Office Manager Gang!

  •  
  •  
  •  
  •  

Livre Gratuit!

Reçois plus de 30 sujets et contacts incontournables pour les Office Managers.